Trône 216 : un projet controversé en bordure du parc Viaduc

Les immeubles et les parcelles situés aux n°216 et 218 de la rue du Trône font l’objet d’une demande de permis d’urbanisme mise à l’enquête publique. Le projet privé envisage la rénovation des immeubles néoclassiques remarquables de la rue du Trône, une extension contemporaine en toiture, la rénovation d’anciennes écuries en intérieur d’îlot et la construction d’un « atelier culinaire », sorte de restaurant à vocation sociale et participative.

Un restaurant dans le parc ?

Dire que le projet ne fait pas l’unanimité est un euphémisme. Une pétition s’oppose en particulier à un aspect du projet : la réalisation de l’atelier culinaire en bordure de parc. Celui-ci serait situé certes sur le terrain privé mais sa terrasse déborderait en partie sur l’emprise du parc. La Commune, propriétaire du parc, n’a jamais donné son accord et n’a même jamais été avertie officiellement.

Autre inquiétude : que l’atelier culinaire soit un prétexte à l’installation d’une « dark kitchen », càd une cuisine qui ne produit des repas que pour les livraisons à domicile de type Deliveroo, Uber, etc. Le site fait d’ailleurs l’objet d’un dossier infractionnel pour cette raison.

Quant au reste du programme, il prévoit du co-working (du bureau) dans les parties d’immeubles à haute valeur patrimoniale et du logement de types coliving et classique.

Enfin, le projet propose de créer une nouvelle entrée du parc depuis la rue du Trône via une servitude publique sur sol privé.

Un parcours administratif compliqué

Le projet a fait l’objet de rencontres informelles avec l’ancienne échevine de l’urbanisme et Urban dès 2017.

Une première demande de permis a été introduite en 2019. Le dossier fut déclaré incomplet par le service de l’urbanisme le 20/01/2020. Malgré divers rappels en mars et mai 2021 pour compléter son dossier, le promoteur n’a jamais donné suite aux courriers. Finalement, sans réponse, la Commune d’Ixelles a clôturé le dossier et refusé le permis le 16/07/2021.

Le promoteur a rentré un « nouveau » dossier en juillet 2021 qui, lui, fut refusé par la Région (refus tacite suite à une saisine et dossier incomplet).

D’un point de vue administratif, comme le projet a déjà fait l’objet de refus de la part de la Commune et d’Urban (urbanisme régional), pour des raisons techniques (dossier incomplet, dépassement des délais, etc.), le demandeur est allé en recours auprès du Gouvernement bruxellois. Dans la mesure où le dossier n’avait jamais été jugé sur le fond et qu’il n’avait jamais fait l’objet de mesures particulières de publicité, le Gouvernement a demandé à la Commune d’organiser une enquête publique et une Commission de concertation.

Qu’en pense la Commune, finalement ?

La Commune a pour principe de ne pas se prononcer sur un projet avant d’être éclairée par l’enquête publique et la Commission de concertation. En particulier, l’Echevin de l’Urbanisme et Président de la dite Commission doit garder une réserve et animer les débats en toute impartialité pour garantir les droits des demandeurs, d’une part, et des riverains, d’autre part.

Néanmoins, il est utile de rappeler ici quelques lignes directrices portées par la majorité ixelloise en matière d’urbanisme et de patrimoine :

  • Ne pas encourager les établissements horeca et les terrasses de ces établissements en intérieur d’îlot car ils peuvent engendrer du bruit pour le voisinage.
  • Limiter les nouvelles constructions en intérieur d’îlot (sauf si des conditions exceptionnelles le permettent) afin de préserver des coeurs de quartier calmes, perméables et verts.
  • Ne pas encourager le coliving dans les projets neufs et dans les maisons classiques. Le coliving peut être accepté exceptionnelement s’il est la seule solution qui permette de garantir le logement dans des immeubles atypiques (ancien bâtiment de bureau, immeuble à haute valeur patrimoniale). Le coliving est cadré par des lignes directrices strictes, ne peut pas dépasser une certaine densité et ne doit en aucun cas induire des nuisances par une utilisation intensive des jardins et terrasses.
  • Favoriser le logement familial dans les constructions neuves (ou dans les extensions neuves).
  • Porter une grande attention à la préservation du patrimoine néoclassique (façades mais également espaces et décors intérieurs)
  • Organiser des « réunions de projet » préalablement aux demandes de permis complexes (réunions où le promoteur présente son projet à l’ensembles des instances concernées : la Commune, Urban, la Direction Patrimoine, Bruxelles environnement, Bouwmeester, etc.).
  • Organiser des rencontres avec les riverains.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :